Discours de lancement de l’Année Dreyfus

Discours prononcé par Fernand HESSEL lors de la conférence de presse du 13 janvier 2016, date anniversaire de “J’accuse” d’Emile Zola, à Mulhouse.

Discours de lancement de l'Année Dreyfus par Fernand HESSEL

Je salue le Dr Jean Rottner maire de Mulhouse, Madame Anne-Catherine Goetz adjointe au maire, Présidente du comité de pilotage de l’année Dreyfus, les membres de la Société de la Légion d’Honneur (Président Haut-Rhinois M. Wunenburger), Madame Marie-Claire Vitoux Présidente du CCPM, M. Joël Delaine conservateur en chef de la Ville de Mulhouse, l’ensemble des membres de l’association “Monument Dreyfus”.

Je salue évidemment plus particulièrement la présence parmi nous de nos invités M. Charles Dreyfus, petit-fils du Capitaine, Madame Martine Leblond-Zola arrière-petite-fille d’Émile Zola et de Madame Sylvie Koechlin artiste sculpteur en charge du Monument.

Merci aux journalistes présents à cette conférence de presse ouvrant l’année du 110ème anniversaire de la réhabilitation du Capitaine Alfred Dreyfus.
Cette 110ème année de la réhabilitation est l’œuvre conjointe de la Ville de Mulhouse et de l’association “Monument Dreyfus”.
L’association “Monument Dreyfus” que je préside a été créée le 12 juillet 2006, centième anniversaire de la réhabilitation du Capitaine, à l’initiative d’Édouard Boeglin son regretté délégué général.
L’association a été portée par 100 signataires qui ont déclaré à Mulhouse :
“- soucieux de pérenniser les valeurs de vérité et de justice, de droit et de liberté exaltées par l’Affaire Dreyfus,
– décidés à œuvrer à l’accomplissement de l’idéal d’Alfred Dreyfus qui considérait que l’Affaire “marquerait un tournant dans l’histoire de l’humanité, une étape grandiose vers une ère de progrès immense pour ses idées de liberté, de justice et de solidarité sociale”.
– convaincus de la nécessité de rendre un hommage public au plus illustre des mulhousiens,
– lancent un appel afin que soit érigé à Mulhouse, en place publique un monument
– commémorant la victoire de la vérité et de la justice sur la raison d’état, victoire dont Scheurer-Kestner, Lucien Herr et Mathieu Dreyfus furent les artisans alsaciens les plus décidés au côté de Zola, de Clémenceau et de Jaurès
– célébrant le courage et l’abnégation d’Alfred Dreyfus, patriote exemplaire, pleinement réhabilité il y a 100 ans par la justice de la République.”

Cette déclaration était fondatrice de l’association.

Comme dit en introduction, le 13 janvier que nous avons retenu de concert, Ville de Mulhouse et association “Monument Dreyfus” correspond à la date anniversaire de “J’accuse” de Zola du 13 janvier 1898.
Comme l’a dit Émile Zola au jury lors de son propre procès, “Je n’ai pas voulu que mon propre pays resta dans le mensonge et dans l’injustice. Un jour la France me remerciera d’aider à sauver son honneur”

“L’Affaire” comme vous le savez a eu et garde à ce jour une dimension universelle car le Capitaine Dreyfus est dans l’histoire et au monde le personnage français le plus connu après Napoléon. Si l’homme est resté debout, c’est grâce à ses convictions, grâce à sa famille, grâce aux personnages entrés dans l’histoire comme protagonistes de la réhabilitation.

L’objet essentiel que s’était fixé dès l’origine l’association “Monument Dreyfus” était la réalisation du “Monument du Capitaine réhabilité” dans l’espace public mulhousien ; sachant qu’il s’agit là du seul monument du Capitaine réhabilité existant à l’heure actuelle en France. Ce monument dépasse le cadre Mulhousien et Alsacien, il est d’intérêt national et international. Dans le but de réaliser ce monument nous avons lancé en octobre 2014 une campagne nationale et internationale de souscription. L’essentiel de cette souscription a été réalisé par les Fondations Alfred Valentine Wallach, Pierre et Jeanne Spiegel, Lucien Dreyfus et la Fondation du Diaconat. Ainsi que par la société de la Légion d’Honneur.

Le Monument sera celui de la victoire de la vérité sur le mensonge, sur l’arbitraire et le déshonneur. Le Monument de par le matériau utilisé, le granit, de par la représentation dans son ensemble et plus particulièrement du Capitaine à présent au grade de Commandant et décoré de la Légion d’Honneur sera une symbolique très forte, témoignage du passé, du présent, et de l’avenir.
Madame Sylvie Koechlin artiste sculpteur en charge du Monument, présidente du dernier salon de l’automne, répondra volontiers à vos questions concernant ce travail monumental qui est en voie de finalisation.

Le 1er Président de la Cour de Cassation M. Bertrand Louvel a accepté d’être Président du Comité de Soutien lors du lancement de la souscription du Monument ; Le 1er Président présidera du même fait à l’inauguration du Monument qui aura lieu au Parc Steinbach le 9 octobre 2016 date anniversaire de la naissance à Mulhouse le 9 octobre 1859 du Capitaine Alfred Dreyfus.

“L’Affaire” comme l’a laissé entendre Charles Péguy ne trouvera jamais une fin, les temps présents en sont encore une fois la preuve, “Plus cette affaire est finie, plus il est évident qu’elle ne finira jamais.” L’association “Monument Dreyfus” a estimé qu’il nous appartenait à nous, maillons de la chaîne des générations, de transmettre aux générations futures le contenu symbolique du “Monument Dreyfus”. Nous estimons que ce dernier ne doit pas refléter uniquement ou être assimilé purement à une erreur de jugement, mais il doit s’ériger en barricade face aux complots contre l’Humain.
Les complots contre l’Humain ont été semés et prospèrent tant en France que dans le monde, non pas comme le blé qui lève mais comme la mauvaise graine et la mauvaise herbe. Ce sera aussi le symbole fort à la fois du Capitaine mais de même de la matière, le granit, face à cette dérive passée et présente de la société.

Merci.